Magenta : Noir Fatal

Proposé par


Magenta Noir Fatal

De : Nik GUERRA
80 pages – Format : 23 x 31,5 cm

18€

COMMANDER


Extrait

Synopsis :

Londres 1961. De nombreux top modèles du magazine Bizarre Bazar disparaissent mystérieusement. Quelqu’un à décider de s’en prendre aux égéries du magazine. Après la disparition de leur amie Charlotte Champagne, Magenta et Lucrèce, top modèles et photographes, décident de mener l’enquête et forment un duo de détectives privées des plus perspicaces. Là où la police est dans l’obscurité la plus totale, Magenta et Lucrèce, avec leurs méthodes originales, pourront-elles résoudre cette affaire ?

Les scènes burlesques sont omniprésentes dans cet album qui à l’origine compilait une vingtaine d’histoires courtes parues dans le magazine Sizzle (USA). On retrouve tout au long des pages des thèmes chers à Nik Guerra : culte des hauts-talons et des sous-vêtements sexy, coiffures travaillées et maquillage sophistiqué mais sans débordements érotiques. Magenta noir fatal est un album très vintage où le style de Nik Guerra se caractérise par une grande place faite aux regards, et particulièrement aux cils, et à la brillance des matières où l’on peut tour à tour reconnaître le satin, le nylon, le cuir ou le lycra, matière créée en 1958 et très en vogue dans les années soixante.


Ce qui m’a de suite plu quand j’ai vu la couverture de Magenta Noir Fatal, c’est le graphisme et le style du dessinateur. J’ai toujours adoré les Bande-dessinées en Noir et Blanc ou presque, aux graphites (ce teinté de crayons).

Je n’ai pas été déçu bien au contraire par le style de Guerrra qui colle parfaitement à l’ambiance du personnage très « pulp ».

Ici, c’est du charme. Pas de pénétration en gros plan etc. Nous ne sommes pas sur de la BD porno. Guerra privilégie le scénario qui amène l’héroïne dans des situations cocasses et sexy au travers d’une enquête sur les disparitions de modèles aux alentours des années 60.

C’est mon coup de cœur du moment, j’ai vraiment adoré plonger dans les aventures de l’héroïne dans cet univers fétichiste, SM et burlesque.

Pour en rien gâcher, l’éditeur nous donne quelques pages de croquis et de croquis de pages qui, pour les amateurs dont je fais parti, est un régal. J’espère avoir l’occasion de découvrir d’autres titres de cet auteur.

Ma conclusion, sautez sur Magenta Noir Fatal !