Danger Girl T.5

Proposé par


Danger Girl (5) :

Renegate

  • Danger Girl RENEGADE (VF)
  • Scénario : Andy Hartnell
  • Dessin : Stephen Molnar
  • Couverture : J. Scott Campbell
  • 104 pages
  • Format : 18,3 x 3228 cm

Prix : 18€

Les titres Graph Zeppelin sont trouvables en librairie spécialisée. Ils n’ont pas de site dédié


Extrait

Synopsis :

Abbey Chase est le personnage central de la série Danger Girl et pourtant, on ne connaît que peu de chose sur son passé… jusqu’à maintenant ! Qui est-elle vraiment ? D’où vient-elle ? Pourquoi est-elle archéologue ? Et pourquoi est-elle devenue une Danger Girl ? Vous trouverez toutes ces réponses dans Danger Girl : Renégate !

Ce volume est la compilation des 4 volumes de la série RENEGADE parue aux USA en 2015 et 2016.


Me revoici en pleine lecture de Danger Girl pour ce 5e tome. Danger Girl est une série d’aventure, d’espionnage et de filles sexy et c’est pour cela que j’aime bien me plonger dedans et que je chronique cette série sur ce site. La création de J.Scott Campbell continue (même s’il s’agit de réédition des années 2000).

Dans le dernier tome, les Danger Girl, l’équipe de filles-espionnes de Deuce, est dissoute.

Fini donc les aventures du groupe. Andy Hartnell, le scénariste consacre ce tome 5 aux aventures solo d’Abbey Chase.

Abbey est toujours à la recherche de son père et repart en quête de le retrouver. Après un petit flashback de son enfance, elle repart à la chasse au trésor et de son père. Elle est aidée d’une équipe de mercenaires.

Malgré l’intérêt que je porte à cette série, il est fort de constater qu’il y a très peu d’originalité dans ce tome 5. La quête de trésors n’est pas sans nous rappeler des scènes tirées d’Indiana Jones à la limite de la copie. On ressent un manque de créativité et les situations, même si elles sont très actives, ne sont guère surprenantes. On ajoute un peu d’espionnage à la James Bond sans réelle surprise au niveau de l’intrigue et quelques personnages disparus qui réapparaissent. J‘ai lu ce tome d’un trait sans réelles surprises encore.

Stephen Molnar, le dessinateur n’est pas mauvais. Son trait semble un mix entre Frank Cho et un peu de Terry Dodson. Ce n’est pas laid loin de là, mais cela manque, toujours selon moi, d’expression et de fun. Le dessinateur ajoute quelque plans de cadrage sexy malheureusement ratés selon moi, car hors de l’action. Ça ne se justifie pas.

Vous l’aurez compris, cet album ne remonte pas le niveau de cette série qui est en dent-de-scie tant au niveau scénaristique qu’au niveau dessin. D’un tome à l’autre, cela varie tellement qu’il est difficile de dire que l’ensemble soit cohérent et accrocheur. Comme je l’ai dit dans une chronique d’un autre tome, il est difficile de rendre les Danger Girl aussi sexy et intéressante après Campbell ou Royle.

Ce tome 5 ne m’aura que trop peu enthousiasmé.